2020 | Laban Horror Show

Création 2020 | solo | 60 minutes

chorégraphie, textes, scénographie, interprétation
Raphaël Cottin

collaboratrice en analyse du mouvement
Angela Loureiro
collaboratrice vidéo
Charlotte Rousseau
lumières
Catherine Noden
costumes
Catherine Garnier
créations musicales
David François Moreau, Maxime Vavasseur
régie son et vidéo
Emmanuel Saudubois

musiques (en cours)
Sergei Prokofiev, Richard Strauss


production | La Poétique des Signes
coproduction | Agora de la danse – Montréal (Canada), Centre chorégraphique national de
Tours – direction Thomas Lebrun
résidences | Les Deux îles – résidences d’artistes à Montbazon, Le Bouillon – théâtre universitaire d’Orléans


Le cabinet de curiosité d’un inconnu du grand public

« Cette création superpose mes thèmes de prédilection : danse et analyse du mouvement, textes et humour, réunis dans un solo à mi-chemin entre la danse et le théâtre, la conférence et le show burlesque.
En maître de cérémonie, j’aimerais démystifier certains outils intellectuels liés à la danse dans une fresque où dialoguent l’art du mouvement, le théâtre et la vidéo, afin de présenter au public la richesse divertissante et dérangeante que constitue Rudolf Laban, star de la danse en son temps, aujourd’hui parfaitement inconnu de la plupart des gens…

One man show ou danse contemporaine ?

Un adresse directe au public et quelques images savantes pourraient laisser croire à une conférence spectaculaire. L’entrée en matière, micro et pupitre, le ton pédagogique et le débit proche de celui d’un professeur de la faculté, seront vite contrariés par l’ambiance scénique inspirée du cabaret et les passages dansés débarquant sans crier gare, au gré des sujets abordés.
One man show ? pourquoi pas ! Les textes, distribués entre exposés, poésies et anecdotes, adopteront un ton décalé accordant à l’humour autant de place qu’à la tragédie en mouvement !
Danse contemporaine ? ce sera vraisemblablement le fantôme de l’ensemble, prenant possession de la scène comme un esprit malin en quête d’exorcisme… »
Raphaël Cottin


Rudolf Laban, l’écriture et l’analyse du mouvement

Rudolf Laban, génial contributeur de l’éveil de la danse moderne en Europe, a cultivé un nombre considérable de territoires du mouvement : chorégraphies, études sur l’harmonie du corps dans l’espace, sur les facteurs dynamiques du mouvement ou encore invention d’un système d’écriture du mouvement (la cinétographie) utilisé aujourd’hui dans de nombreux pays.
Hyperactif, il a souvent laissé à d’autres (Knust, Hutchinson, Bartenieff…) le soin de poursuivre les champs d’investigations qu’il avait initiés, toujours occupé à semer de nouvelles graines. C’est un homme curieux, aimant la vie, la danse, la pratique amateur, les danses chorales, la nature, les femmes, et dont le charisme se reflète dans chaque photographie.
Si ses recherches ont débuté en Allemagne et se sont achevées en Angleterre, c’est en France que les études labaniennes sont aujourd’hui très développées, avec notamment une formation supérieure en analyse et écriture du mouvement au Conservatoire supérieur de Paris qui fait la fierté de la profession au niveau mondial.
Laban, c’est enfin pour certains un vaste champ flou, intellectuel et peu accessible, un domaine réservé aux initiés, utilisant des signes cabalistiques incompréhensibles, peu accessible au commun des mortels.
Collaboratrice de longue date de Raphaël Cottin et spécialiste des études labaniennes depuis plus de 30 ans, Angela Loureiro apportera à cette création son expérience conséquente dans le domaine du mouvement à travers un prisme labanien délibérément accessible et démocratisé.

Action culturelle & formation

Menés par Raphaël Cottin ou par Angela Loureiro, des formations sur les principes de mouvement de Laban sont proposées autour des représentations. Fidèles à notre volonté de démocratisation des études labaniennes liée à leur grande accessibilité, nous souhaitons privilégier la formation d’enseignants (sous forme d’ateliers pratiques) et les conférences.
Nous pouvons mener également des ateliers ponctuels en direction de différents publics (collèges et lycées, universités, théâtres), assurés possiblement par d’autres collaborateurs de la compagnie, compétents en études labaniennes. N’hésitez pas à nous contacter pour adapter au mieux nos propositions à votre public.


Strates sonores pour cabaret

David-François Moreau, compositeur proche du travail de la compagnie, donnera une seconde vie sonore à certaines images d’archives et à quelques textes du spectacle.
Maxime Vavasseur, créateur sonore inspiré autant par la musique électronique minimaliste que par d’étranges sources acoustiques, contribuera à l’atmosphère de cette pièce en construisant des couches sonores, sorte de compilation progressive et hybride des musiques du spectacle.
L’ensemble des éléments sonores et vidéos, projetés dans les lumières de Catherine Noden, se concrétiseront dans un petit espace, quelle que soit la taille du plateau occupé, permettant autant l’évocation du cabaret qu’une intimité complice avec le public.

Images d’archives & mouvements d’images

Issus de fonds d’archives et de ma collection personnelle, des diagrammes, photographies et dessins rendront visite au public sur un écran dont le format vertical et le fond blanc évoqueront une partition en cinétographie. Ce fond deviendra ensuite tulle, laissant passer la lumière tout en déformant et déployant dans l’espace les vidéos qui y seront projetées.
Bien plus qu’un support didactique, ce travail de création vidéo permettra aux images d’être traitées comme de vraies partenaires en mouvement. Surtitres des passages en langue étrangère, danses d’un autre temps ou montages plus abstraits, elles constitueront le cœur d’une scénographie lumineuse et traversante.
Le travail vidéo sera réalisé en collaboration avec l’artiste Charlotte Rousseau.


Horror & Paradise

Laban et le spectre du 3e Reich

Rudolf Laban est une personnalité incontournable des années 1920 et 1930 en Allemagne. Le rayonnement de ses chorégraphies et des ses recherches le conduisent naturellement à occuper des postes importants, comme la direction du Ballet de l’Opéra de Berlin ou la direction de la Chambre de théâtre, où il poursuit ses travaux sous la coupe du Ministère de la propagande de Goebbels.
Pour des raisons moins esthétiques que politiques, il est cependant désavoué par Goebbels en 1936, et amené à fuir en Angleterre deux ans plus tard, après l’interdiction de ses méthodes d’enseignement, répandues alors dans toute l’Allemagne. « Porte nos vêtements, mais n’a rien à voir avec nous ! » notera Goebbels dans ses carnets…
Il entame alors une sorte de deuxième carrière, poursuivant ses travaux plus théoriques et pédagogiques que chorégraphiques. C’est à cette époque que sont enrichies ses expérimentations sur les qualités dynamiques du mouvement et que l’on intègre ses principes d’Art du mouvement dans l’éducation.
C’est la figure d’un corps autonome, responsable et conscient, qui se dégage de l’œuvre de Laban. Il nous invite à cultiver nos impulsions de mouvement afin de développer notre palette dynamique et expressive, en harmonie avec notre environnement.


> CONSULTER LE DOSSIER COMPLET 


Calendrier
> sorties de résidence
3 avril 2020 dans le cadre de Tours-Montréal : Correspon-danses
Agora de la danse – Montréal (Canada)
mai 2020 (date à préciser)
Les Deux îles, résidences d’artistes à Montbazon (37)
2 octobre 2020
Le Bouillon, théâtre universitaire d’Orléans (45)
> création
9 décembre 2020 dans le cadre de Spot
Centre chorégraphique national de Tours – direction Thomas Lebrun (37)
janvier 2021 dans le cadre de Des Floraisons
Scène nationale d’Orléans